Mots-clés

, ,

Je connais deux oiseaux qui vivent ensemble selon des rythmes jour/nuit décalés. Ils n’y peuvent rien. C’est inscrit dans leur corps. Et le destin les a réunit. La vie nocturne de la chouette se déploie lorsque l’alouette rejoint sa couche. Quand à cette dernière, elle s’active dès l’aube pour tendre vers l’immobilité à mesure que le soleil entame sa descente depuis le zénith. C’est un moyen de jouir de la solitude tout en conservant la sécurité d’habiter le même nid. Comme le mariage traditionnel échoue souvent à protéger le couple des aléas, ce décalage permet une forme de liberté où on apprend l’art de faire face aux incertitudes. Quelquefois, ils quittent le nid ensemble pour voyager. Alors là, mystérieusement, leurs cadences s’accordent. Leur mode d’existence les tient sur la frontière entre s’épuiser à consommer des partenaires et demeurer prisonnier. Après l’égalité des sexes, c’est le retour à la différence.

Publicités