Mots-clés

, ,

Les ciseaux sont comme la pensée ou l’ego dans la définition bouddhiste. Ils coupent, cisaillent, séparent. Ils divisent. L’ego divise. Il vous sépare du tout. Malgré sa perspicacité il contribue à la souffrance humaine. Car la perspicacité n’est pas l’intelligence. Les personnes victimes de leur ego se centrent constamment sur leurs besoins individuels, sans recul, sans vision globale de la situation. Plusieurs politiciens suivent leur ego. Ils sont perspicaces et opportunistes. Ils voient à court terme. La vie de certaines personnes baigne dans un arrière-plan, souvent inconscient, de mécontentement du à une impression diffuse d’être séparé, mis à part. Il se produit une identification à cette pensée. L’hypersensibilité au rejet les caractérise. Cela demande une grande maturité émotionnelle pour interagir avec elles. La crainte du rejet les rend hostiles. À l’affut du moindre signe qui corrobore leur appréhension, elles voient le monde comme une critique négative continuelle de leur existence.
Il est naturel de satisfaire nos besoins. Aucun animal ne peut survivre sans cela. Nous devons nous occuper de notre bien-être. Sans nous isoler du reste de l’humanité.
L’intelligence serait plutôt comparable à l’aiguille et au fil qui nous permettent de coudre, de rassembler, d’unir. Elle nous incite à élargir notre conscience et à nous reconnaitre dans les autres. Ce faisant, nous devenons plus tolérants dans nos interactions avec les gens difficiles. Ils deviennent des gens en difficulté.

Publicités