Mots-clés

, ,

Ce blogue n’a pas été nourri depuis quatre semaines. J’ai roulé en autobus de Montréal à Rimouski, navigué sur un cargo mixte de Rimouski à Blanc-Sablon, traversé le fleuve St-Laurent, sillonné les chemins de Terre-Neuve en automobile et pris les airs de St. John à Montréal. J’ai pris conscience que le voyage lui-même est plus important que la destination. Dorénavant, je veux vivre le temps qui passe au gré des saisons plutôt que m’enfermer dans des atteintes d’objectifs qui deviennent un carcan. Des occasions, il y en a toujours, à chaque tournant. Il s’agit d’ouvrir l’oeil.
Aujourd’hui, en allant me promener dans mon parc préféré, j’y ai rencontré un marcheur qui ouvrait l’oeil de son appareil photographique. Nous avons parlé. Il a enrichi ma réflexion en disant : «Je viens ici très souvent sans but précis et je trouve toujours quelque chose d’intéressant». Après un au revoir chaleureux, sur le chemin du retour j’ai rencontré une chevrette, son faon et un cardinal. Voulez-vous parcourir votre vie en voyageur ou en touriste ? Après tout, rien ne sert de courir car nous connaissons tous le terminus.

Publicités