Mots-clés

, ,

lueurSouvent ce qui est dit n’a aucune importance sauf pour qui appartient la bouche. Le bavard cache son anxiété sous un flot de parole. Forme de divertissement qui lui évite les moments creux. Vivre par procuration est le mode de vie de l’homme moderne. Il n’y a pas si longtemps, lire un magazine dans une salle d’attente était un moyen d’éviter l’inaction. Maintenant, il fuit par en avant entouré d’écrans. L’illusion est devenue omniprésente. Chaque jour a besoin de sa dose de temps morts. Ne serait-ce que pour décrocher et apprécier chaque détail donnant un sens à notre vie. Faire taire le brouhaha mondain et le bavardage incessant de la pensée pour vivre la joie d’exister. Le silence actif et créatif améliore les relations humaines. Héraclite dit : « Ne sachant pas écouter, ils ne savent pas parler. » Le sigophile en fait une philosophie de vie. Cette recherche de la simplicité du non-faire se retrouve dans toute forme d’art et de sagesse. Non pas un néant devant la page blanche mais un moment de contemplation avant d’écrire. Pensons au haïku. Pourquoi vouloir tout dire ?

Les temps morts que fuyons tous à grands coups d’activisme remettent les pendules à l’heure.

Publicités