Mots-clés

, ,

Le commérage est rejeté par la plupart des défenseurs des valeurs morales tandis que d’autres le considèrent comme une activité humaine fondamentale. C’est l’opinion du professeur Emrys Westacott. Il est une source d’information utile sur la vie des autres hors des sentiers officiels et assurant la cohésion sociale. Si, par exemple, vous travaillez dans un bureau et que vous voulez savoir pourquoi untel, très efficace, a perdu son emploi, au profit d’un autre reconnu comme incompétent, les notes de la direction ne vous apprenont rien sur les motifs de cette décision. Seul, le potinage vous viendra en aide en vous permettant de mieux comprendre votre entourage.
D’autres chercheurs l’associent aux relations parasociales.
Par exemple, les journaux à potins sur les célébrités ou sur les personnages d’émissions de télévision donnent aux lecteurs l’impression de participer à quelquechose. Nous sommes devenus de plus en plus solitaires : nous avons moins d’amis, nous participons à moins de groupes et nous passons de moins en moins de temps en famille que la génération précédente. Alors nous compensons avec ce genre de relation à sens unique.  La personne qui en fait l’objet est moins importante que l’échange qui en résulte. Echange qui porte souvent sur des préoccupations sociales ou des enjeux actuels.

Publicités