Étiquettes

, , ,

La semaine dernière, nous étions trois anciennes collègues d’étude à discuter de la nécessité de se sentir utile afin de donner un sens à notre vie. L’une disait que nous sommes des êtres sociaux et qu’à cause de cela c’est totalement vrai. Quant à moi, je soutenais que nous n’avions aucunement besoin de jusifier notre existence par une notion comme celle-là. La troisième comprenait les deux points de vue. Puis, la conversation a glissé vers autre chose.
J’a ieu envie de creuser cette notion. D’abord, elle existe dans l’oeil de l’autre. Avez-vous déjà rendu service à quelqu’un et appris plus tard que vous lui aviez plutôt nui ? À l’inverse, une personne avec qui vous vous sentiez presque indifférent vous apprend que vous avez orienté sa vie et qu’elle vous en est reconnaissante. Nous ne connaissons pas la véritable utilité que nous avons pour les autres. S’en préoccuper altère notre impression de liberté.  C’est une erreur de mesurer la valeur d’un être humain, ou de quoi que ce soit,  selon sa commodité. Il est difficile d’évaluer le degré de rentabilité de la poésie, de la méditation ou de l’amour. Pourtant la recherche et la découverte du sens de l’existence passe souvent par là.

Publicités